numéro standard 02.96.01.71.23.

Les services et les activités du Centre Hospitalier

Prendre un rendez-vous.

Votre centre hospitalier

Vous êtes dans : Accueil > Espace professionnels > L'hôpital forme > Stomathérapie > Complications

Complications

Complications précoces

Ce sont les complications qui peuvent survenir rapidement après la confection de la stomie. Elles seront traitées au cours de l’hospitalisation.

 

La nécrose de la stomie

Il s’agit d’une mauvaise vascularisation du segment intestinal ou d’une traction de la stomie (baguette blanche) se manifestant par une modification de la couleur de la stomie passant du rouge-rosée au violacée voire noire.

Dans la majorité des cas une surveillance suffit, exceptionnellement une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

 

L'éviscération

C’est l’extériorisation d’une partie des anses intestinales due à la mauvaise fixation de la stomie à la paroi abdominale ou à l’orifice de sortie trop large.

Cette complication est très rare et nécessite une reprise chirurgicale rapide.

 

La désinsertion de la stomie

C’est la réintégration partielle ou totale de l’intestin due à une désunion de la stomie à la peau.

Une surveillance et un appareillage adapté suffiront à traiter cette complication.

 

 

L’ occlusion

Une occlusion intestinale est un blocage partiel ou complet de l'intestin, qui empêche le transit normal des matières fécales et des gaz. Elle peut survenir dans les suites de l’intervention ou à distance.

Elle peut être due à :

  • un iléus paralytique post opératoire avec reprise tardive du transit,
  • une torsion de l’intestin,
  • une sténose pariétale (orifice se resserrant autour de la stomie),
  • une récidive de la maladie causale…

Pour cela, il est important de surveiller la reprise du transit et d’avertir le chirurgien en cas de retard.

 

Complications tardives

Ce sont les complications qui peuvent survenir à distance de l’intervention.

 

L'éventration

C’est l’accumulation des anses intestinales sous la peau due à une faiblesse de muscles de la paroi abdominale au pourtour de la stomie.

 

Pour réduire le risque de développer une hernie péristomiale à la suite d’une chirurgie :

  • Evitez de soulever des objets lourds durant 3 mois après votre chirurgie
  • Utilisez une ceinture de soutien lorsque vous soulevez des objet lourds ou que vous travaillez 3 mois après votre chirurgie et jusqu’à 12 mois après cette dernière
  • Essayez de maintenir une bonne posture en tout temps
  • Soutenez votre stomie et votre abdomen lorsque vous tousser dans les premiers mois après la chirurgie
  • Dès que la plaie est complétement guérie, les exercices qui sollicitent les muscles abdominaux sont conseillés : marche, natation, bicyclette.

En cas d’apparition d’une hernie péristomiale, il faudra consulter votre infirmière stomathérapeute et/ou votre chirurgien.

 

Le prolapsus

C’est l’extériorisation de la muqueuse stomiale provoquée par une surpression péristomiale le plus souvent lié à l’appareillage ou à un orifice de stomie trop large et/ou à une muqueuse très mobile.

Il peut être responsable :

  • d’un inconfort,
  • d’un appareillage difficile,
  • de troubles du transit,
  • ainsi que d’un risque de nécrose de l’anse extériorisée (urgence)

Afin de ne pas se compliquer, le prolapsus doit être réductible par une rétraction :

  • de la muqueuse au repos en position allongée
  • à l’aide d’une compresse humide froide
  • manuelle (geste que vous apprendra votre infirmière stomathérapeute).

Ces techniques peuvent être associées au port d’une ceinture abdominale spécifique prescrite par votre chirurgien.

En cas d’apparition d’un prolapsus, il faudra consulter votre infirmière stomathérapeute et/ou votre chirurgien.

 

La sténose

C’est le rétrécissement de l’orifice de la stomie.

Elle peut être :

  • Cutanée en étant visible à l’œil par un rétrécissement important du diamètre de la stomie

 

  • Pariétale en se repérant  par un affinement des selles et par un toucher stomial effectué par l’infirmière stomathérapeute ou le chirurgien

Une sténose peut être très longtemps bien supportée, mais elle peut aboutir à une modification du transit (selles filiformes, liquides) et une gène de l’évacuation colique.

Lorsqu’elle devient symptomatique, il faut la traiter :

  • manuellement par une thérapie dilatante.

 

 

 

 

  • chirugicalement en cas de sténose trop importante.

En cas d’apparition d’une sténose, il faudra consulter votre infirmière stomathérapeute et/ou votre chirurgien.

 

Les hémorragies et saignements tardifs

Saignement de la muqueuse : frottement itératif de l’appareillage sur la muqueuse ou soins locaux trop agressifs.

Saignement associé aux selles  : possible récidive de la maladie causale…

Il faut toujours évaluer l’origine du saignement et prendre contact avec l’infirmière stomathérapeute et le chirurgien.

 

Complications cutanées

Ce sont les problèmes cutanés pouvant être liés aux soins, au matériel utilisé, à la qualité des effluents mais aussi en lien avec une récidive de la maladie. Ce peut également être le développement d’une pathologie dermatologique autour de la stomie.

 

Les dermites de contact

Elles se manifestent par une rougeur reprenant la forme du protecteur cutané.

Elles sont le plus souvent liées à l’utilisation de produits irritants ou allergisants, à des adhésifs voire à l’appareillage.

 

Il faut savoir dépister et supprimer l’agent allergène.

En cas d’apparition d’une dermite de contact, il faudra consulter votre infirmière stomathérapeute.

 

Les dermites liées aux effluents

Ce sont des lésions évoluant de la simple rougeur vers une brulure douloureuse, suintante.

Elles sont la  conséquence de fuites répétées liées à une malposition de la stomie, à une morphologie modifiée de la stomie, à une mauvaise technique de soin ou à un appareillage  inadapté.

La prise en charge de ces lésions nécessite des soins locaux spécifiques parfois associés à des traitements par voie orale (antalgiques, régulateurs de transit,…).

 

La folliculite

C’est l’infection cutanée de l’appareil pilo-sébacé (le poil et sa racine) conséquence d’une agression du derme (de la peau) due à une épilation/rasage inappropriés des poils autour de la stomie.

Cela se traduit par l’apparition de petits boutons à la base des poils.

Pour prévenir de la folliculite il est nécessaire de couper les poils autour de la stomie aux ciseaux ou à l’aide d’une tondeuse. Ne pas utiliser de rasoir mécanique.

La dépilation péristomiale :

 

En cas de pilosité importante, une épilation définitive au laser peut être réalisée.

 

Les bourgeons péri-stomiaux

Ils correspondent à une réaction inflammatoire à la jonction de la peau et de la stomie, la plupart du temps liée à la présence des fils.

Ils provoquent :

  • des douleurs,
  • des saignements,
  • une gène pour l’appareillage,
  • à long terme une sténose cutanée.

Ils sont évitables en enlevant les fils non résorbables.

Les bourgeons peuvent être traités par le nitrate d’argent, utilisé en crayon, sur prescription médicale.

Voir l'utilisation du crayon :

 

Les pathologies dermatologiques

Certaines lésions cutanées persistantes peuvent être la conséquence de maladie sous-jacente ou récidivante (récidive de cancer, maladie de Crohn, pyoderma gangrenosum,..).

Elles nécessitent une prise en charge pluridisciplinaire et un diagnostic médical et chirurgical.

 

Les cristaux de phosphates (spécifiques aux stomies urinaires)

C’est la formation de calculs douloureux autour de la stomie liée à des infections urinaires répétées.

Le traitement préventif consiste à :

  • une bonne hydratation (1litre à 1,5 litre par jour sauf si contre–indication médicale)
  • proscrire l’utilisation d’eau minérale alcalinisante type Vichy
  • l’utilisation d’acidifiant urinaire : jus de pruneau, canneberge, sirop d’airelle,…

Lorsque les cristaux sont présents, une consultation avec le médecin traitant ou le chirurgien et l’infirmière stomathérapeute permettra de mettre en place un traitement approprié.

 

 

eZ Publish - © Territo - Inovagora